Autoconstruction

Les outils et le bois pour construire ma tiny house


Une tiny house ne se bâtit pas à mains nues, et à moins d’avoir des dents très solides, ton bois ne va pas se couper tout seul. Dans cet article, tu trouveras donc des indices pour bien choisir les outils nécessaires à la construction de ta tiny house. Une seconde partie est dédiée aux différentes essences de bois et à leurs applications afin de guider tes choix.

Les outils pour ma tiny house

Quels outils ?

Moi qui n’avais jamais bricolé avant de m’attaquer à la construction d’une tiny house, voici une vidéo que j’aurais aimé voir plus tôt. Tu y trouveras une liste détaillée des outils de construction, mais aussi quelques conseils pour les choisir une fois dans les rayons, ou juste te la raconter auprès des copains.

En prime, voici une liste imprimable d’outils que tu peux compléter toi-même afin de gagner du temps en magasin. 🙂 Un clic droit sur l’image te permet de la télécharger et de l’imprimer.

Quelles marques d’outils ?

Il est parfois difficile de faire un choix dans l’univers de l’outillage, composé lui aussi d’innombrables marques et autres consommables. Je te livre ici mon classement qualité en fonction des fabricants, du meilleur… au plus pourri. Bien entendu, il s’appuie sur mon expérience mais reste subjectif. Par ailleurs, il va de soi que la qualité a un coût. À toi donc de trouver l’équilibre qui te plait.

1.  Festool / Maffel / Fein

Sans hésiter du matériel qui fera largement le taf. Le gros plus de ces marques ? Elles sont particulièrement soucieuses du confort d’utilisation, ce qui te permettra de travailler plus longtemps et plus rapidement. Quand tu sais que tu vas visser et clouer plus de 2 000 fois, il est important que ces gestes répétitifs n’attaquent pas ton petit corps d’athlète ni ta patience de jeune bouddhiste.

2. AEG / DeWalt / Metabo / Makita / Milwaukee

Le bon rapport qualité prix en ce qui concerne les outils les plus utiles, tels que les visseuses et autres scies circulaires. Le prix est un peu élevé, mais ton matériel tiendra 10 ans ou plus si tu lui fais des bisous le soir. Tout comme les marques citées ci-dessus, tu peux espérer les revendre à bon prix et ainsi récupérer une partie de ton investissement initial.

3. Dexter / Ryobi / Bosh

Mon second choix pour les outils occasionnels. N’en attendez pas trop cependant ; vu le prix, c’est normal. Les consommables sont vraiment faits pour être consommés chez ces marques là : mes bandes de ponceuses meurent plus vite que mon bois ne se ponce. 😀

scie onglet
Crédit photo : Célia Robert - Tous droits réservés.

4. Black & Decker / Skill

Vraiment pas ouf comme choix, souvent les anomalies ne se voient pas au premier abord. Pour ma part, ma défonceuse Black & Decker s’est avérée résistante mais très inconfortable à l’usage (poignées mal placées, butées trop courtes…). Un outil pensé pour un travail très peu fréquent, et au final beaucoup de temps perdu.

5. Practyl / Flex / Mc Kenzie

Oublie… Des marques à éviter.

Astuce : le marché de l’occasion reste un très bon moyen de s’équiper moins cher

Le bois pour ma tiny house

Quelles essences de bois ?

Quelques mots maintenant sur les essences souvent choisies pour la construction de tiny houses et, surtout, quelques infos moins connues pour bien choisir et travailler ton bois, qui ne restera pas sans bouger. Eh oui, le bois c’est vivant !

sapin épicéa

Comme tu le sais peut-être, le bois d’ossature le plus utilisé reste le sapin du Nord (ce nom est en vérité une appellation, il peux venir de l’Est ou du Sud). Ce bois est très agréable à travailler car il est tendre et assez léger. En plus de cela, il ne se fend pas facilement et n’est pas très noueux. Pour faciliter encore davantage le travail, opte plutôt pour un bois raboté, plus propre et plus droit qu’un bois brut de scierie non calibré.

Le gros soucis du sapin : il ne résiste pas en extérieur et pourrit rapidement, surtout sur de petites sections. Il exige donc un traitement qui est réalisé soit à l’usine, soit par tes petites mains. Nous en reparlerons dans un prochain article, mais pour en savoir plus, je te conseille de creuser la piste des huiles, des saturateurs et des peintures.

bois sapin épicéa
Chutes de sapin brut
Crédit Photo : Célia Robert - Tous droits réservés

douglas pin d'orégon

Le douglas constitue également un bon bois d’ossature. Si comme le sapin c’est un résineux, il se différencie toutefois de ce dernier par sa couleur rose facilement reconnaissable. Bien meilleur que le pin qui est souvent beaucoup plus noueux, ce bois à le gros avantage d’être en bon terme avec la météo. Il résiste naturellement aux conditions extérieurs, à condition de ne pas comporter d’aubier (la partie blanche du bois). Sa solidité en fait une essence de choix pour le sol de ta terrasse, un faitage, une lisse de chainage, etc.

En revanche, c’est un bois plus lourd, qui fend plus facilement aux extrémités des sections. Il demandera donc une attention toute particulière lors du vissage de ta structure : pense à le pré-percer et à le fraiser pour faciliter l’insertion de la vis.

Mes poteaux sculptés dans du douglas
Crédit Photo : Jonathan Benabed - Tous droits réservés

red cedar

Le red cedar reste le bois de bardage le plus utilisé chez les constructeurs de tiny houses. Ses avantage sont nombreux : légèreté, esthétisme, résistance naturelle aux conditions extérieures, odeur délicieuse et entretien minimal. Assez tendre, il ne vrille pas et ne comporte que très peu de nœuds… Cerise sur le gâteaux, il est possible de trouver du red cedar sans le faire venir de très loin : joie, bonheur, il existe en effet des cultures de thuya (cèdre commun) en France. Plus noueuse, cette dernière essence reste aussi très rare ; il te faudra revêtir ton costume de Sherlock pour en trouver !

L’un des seul points négatifs de cette essence reste son prix, bien plus élevé que les bois cités précédemment. J’ai dépensé environ 2 300 euros pour 42 m2 de murs. Attention également de bien utiliser des clous inox, car ce bois corrode l’acier en milieu humide. Autre point à savoir : le red cedar résiste à la peinture, surtout la blanche. Pense donc à bien appliquer une sous-couche appropriée afin d’éviter les retours de tannins. Par contre, un saturateur, même coloré, sera bien mieux accepté.

Mon red cedar lavé avant d’être peint
Crédit photo : Jonathan Benabed- Tous droits réservés

frêne peuplier thermo-traité

Pour ton bardage, tu peux également te procurer du peuplier thermo-traité. C’est un peu comme le lait UHT : le bois est passé dans un four à haute température pendant un court moment, ce qui le transforme et lui confère de nouvelles propriétés. Finies les attaques d’infâmes insectes ravageurs, adieu les problèmes de pourrissement, bonjour la belle couleur chocolat… En plus, cela permet d’utiliser une ressource locale, et comme le peuplier est un arbre qui pousse vite, les plantations peuvent être facilement renouvelées. Yalah ! Enfin, il est un peu moins cher que le red cedar.

Le frêne peut également remplacer le douglas pour ta terrasse. Thermo-traité, il acquiert une grande résistance face aux conditions extérieures tout en perdant du poids. Ce régime sec en fait donc un bois très apprécié par certains constructeurs. Le prix reste le même que celui du red cedar, mais les sources de production françaises sont plus faciles à trouver. Le rendu de cette essence reste l’un des plus beaux que j’aie vu, preuve en est la terrasse de l’Odyssée de Baluchon.

Jolie terrasse en frêne de chez Baluchon
Crédit photo : Jonathan Benabed- Tous droits réservés

Autre : LES PANNEAUX

450 à 600 kg/m3

J’entends par là les panneaux d’OSB, de contreplaqué, de triplis. Qu’ils soient utilisés comme contreventement et/ou comme finition (plancher, revêtement mural, mobilier…), les panneaux sont une alternative intéressante. Il existe plusieurs essences de bois, mais je te conseille le peuplier, car il reste le plus léger et le plus local. Il offre une assez grande solidité et un rendu léché. En revanche, c’est une essence qui ne supporte pas bien l’humidité. En intérieur, pense donc à le protéger avec des huiles adaptées. Pour ma part, je compte peindre un mur en bleu en utilisant des panneaux de contreplaqué. J’ai également utilisé du contreplaqué pour garnir le fond de mon coffre et pouvoir y suspendre du matériel. Ce contreplaqué est donc à double usage : il sert à la fois de contreventement et de finition utile et décorative.

Le fond du coffre est en contreplaqué
Crédit Photo : Jonathan Benabed - Tous droits réservés

Trouver le bois pour ma tiny house

Le meilleur choix reste sans doute de te rendre directement dans la scierie la plus proche de chez toi (ton pote charpentier peut sûrement te conseiller une adresse). Oublie clairement les supermarchés de bricolage et autres grossistes du bois, sauf peut-être pour le dépannage. Le bois y est cher et comme il n’existe aucune traçabilité, difficile d’avoir un avis crédible sur la qualité et l’origine du bois vendu.

Le sens du bois

Si tu coupes une carotte dans le sens de la longueur, elle va te donner deux morceaux, tous deux cintrés. Or le bois, c’est comme les carottes. Avec le temps, les sections auront tendance à se courber en direction du centre du tronc. Alors, quand tu décides de placer une poutre quelque part (montant, lisse, solive, faitage, chevron, bardage…), veille à compenser ce déséquilibre en plaçant la face proche du cœur vers l’extérieur de la structure. Le moyen facile de ne pas se tromper, c’est de se dire « le cœur au soleil ».

Quand tu couperas tes premiers morceaux de bois, tu verras leurs fibres, ce que les pros appellent du « fil ». Attention en délignant, c’est à dire en coupant dans le sens de la longueur, de ne pas coincer la lame de ta scie circulaire : elle doit pour cela être équipée d’un couteau diviseur (juste derrière la lame).

Te voila maintenant armé pour attaquer ta construction sereinement. Si tu veux parfaire tes connaissances, le Collectif te conseille quelques ouvrages de référence. Nos liens pointent vers Amazon, mais avant d’acheter, je te recommande vivement de suivre ce lien, qui te permettra d’acheter tes livres dans la librairie la plus proche de chez toi à partir d’Amazon.

Bonne lecture, bonne construction, et surtout :

Enjoy !

Un grand merci à l’équipe La Tiny House, en particulier à Bruno

Un grand merci à Yuna pour les illustrations


N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ! Les contributions les plus pertinentes permettront d’enrichir l’article.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le mouvement en France
5 manières de trouver un terrain pour sa tiny house
Autoconstruction
Concevoir une tiny house : trucs et astuces pour débutants
Autoconstruction
Humidité et fournaise en tiny house : comment les éviter
Aucun commentaire... Tristesse.