Mode de vie

Témoignage : « Nous vivons en tiny house depuis 1 an et demi »


Mylène et Thibaut font partie des tout premiers habitants de tiny house en France. Quelques mois après leur emménagement en Savoie, Mylène avait accepté de raconter leur démarche dans un article sur le blog Zen & Organisée. Celui-ci expliquait pourquoi ils ont choisi ce type d’habitat et retraçait la concrétisation de leur projet. Depuis, plus d’un an a passé ; le couple s’est complètement adapté à son nouveau mode de vie. Il semblait donc intéressant de leur donner à nouveau la parole :  Thibaut signe ici un nouveau témoignage de leur vie en tiny house. Regard neuf sur leur expérience.

On nous demande souvent comment est la vie en tiny house, si nous nous sommes bien habitués, ce que cela a changé, si nous regrettons.

Ce sont des questions que j’aurais pu poser il y a 2 ans, avant d’y vivre. La vie en tiny house semble si éloignée de l’habitat « standard » que je l’imaginais comme une grande aventure quotidienne. Plus encore que les bonnes idées d’aménagement, j’étais à la recherche de témoignages de vie en tiny house, du précieux ressenti des personnes y vivant, pour vivre mon rêve à travers eux.

La vie en tiny house, je l’imaginais comme une grande aventure quotidienne.

Je ne souhaite pas décevoir les lecteurs de cet article, mais il me faut avouer que notre mode de vie n’a pas vraiment changé suite à notre emménagement en tiny house. Nous faisons les mêmes choses qu’avant, vivons de la même façon. Vivre en tiny ne représente pour nous ni un défi constant, ni une joie formidable : c’est notre maison, voilà tout.

Toutes les photos appartiennent à Mylène et Thibaut. Tous droits réservés.

Ce qui a changé depuis que nous vivons en tiny se passe en fait à l’extérieur de celle-ci. Le terrain qui nous est prêté (sur lequel nous nous sommes installés sans faire de démarches) se situe dans un cadre vraiment exceptionnel, pour nous qui n’avions jamais habité à la montagne. Cela a eu un impact sur nos loisirs, ce qui n’aurait pas été le cas si nous avions installé la maison dans la région où nous vivions. J’avais tendance à considérer la tiny house comme une fin en soi, mais c’est en fait plutôt comme un moyen qu’il fallait la voir.

J’avais tendance à considérer la tiny house comme une fin en soi, mais c’est en fait plutôt comme un moyen qu’il fallait la voir.

Il y a bien sûr des aspects de la maison dont nous sommes très satisfaits et d’autres moins, car on a beau réfléchir à tout lors de la conception, imaginer vivre en tiny et y vivre réellement sont deux choses différentes. Je vais tâcher de présenter ici ce qui a fonctionné ou pas dans notre cas, ce que nous avons appris et changé au cours de notre première année de vie en tiny. Bien sûr chaque cas est différent et il ne s’agit pas ici de définir des principes qui marcheront pour tout le monde.

Imaginer vivre en tiny et y vivre réellement sont deux choses différentes.

Micro-maison mobile

Surface

Premièrement, Mylène et moi sommes d’accord pour dire que la surface dont nous disposons (5,90 m par 2,15 m à l’intérieur) est largement suffisante, pourtant nous vivons à deux dans la maison 20 heures par jour en moyenne (je suis en télétravail et Mylène travaillait jusqu’il y a peu sur son mémoire de fin d’études). Je sens même que mon désir de minimalisme n’est pas complètement rempli, car si je vivais seul, je n’aurais pas besoin d’une maison si grande. C’est pour cela que j’ai l’intention de passer davantage de temps en montagne avec le minimum d’objets pour me libérer du poids de mes possessions. Mais la tiny house m’a définitivement fait du bien de ce côté-là.

confort d'été tiny house

Mobilité

La tiny house a beau être un logement mobile, ce n’est pas une caravane pour autant et on pourrait avoir tendance à surestimer la facilité avec laquelle on peut la bouger. Premièrement, on ne peut pas la tracter avec n’importe quel véhicule et il faut avoir la chance de posséder un tracteur ou un gros 4×4, surtout si elle se trouve dans l’herbe. Il faut également la remettre de niveau après chaque déplacement, ce qui peut prendre plusieurs heures en fonction du terrain et du système utilisé.

Enfin, comme nous avons dû enterrer l’arrivée d’eau à 50 cm de profondeur afin qu’elle ne gèle pas l’hiver, il serait impossible de partir en vacances avec la maison, ou simplement de la tourner en fonction des saisons, sans devoir déterrer le tuyau pour pouvoir le rebrancher correctement sur la maison. Il pourrait sembler que je donne ici beaucoup de points négatifs, mais c’est uniquement dans un but informatif.

La tiny house a beau être un logement mobile, ce n’est pas une caravane pour autant.

Disposer d’un sol dur et déjà de niveau (une dalle de béton, par exemple) serait un gros avantage. Les chandelles sur lesquelles notre maison repose ont tendance à s’enfoncer peu à peu dans le sol (bien qu’elles soient placées sur des planches), ce qui nous oblige à la remettre de niveau de temps en temps. Et le sol étant légèrement en pente, l’amplitude de nos chandelles réglables n’est presque pas suffisante, ce qui complique la mise à niveau. Enfin, nous n’avions pas prévu que la maison bouge autant lorsqu’on se déplace à l’intérieur ou qu’il y a beaucoup de vent ; on ressent clairement la différence avec un logement classique, surtout lorsque l’on est sur la mezzanine.

Commodités

Chauffage

Au niveau du confort, la tiny house dispose de plusieurs avantages. Elle est notamment facile à chauffer, et l’intérêt n’est pas que financier. Lorsque je me retrouve dans la maison de mes parents et qu’il fait 17 °C, il est déprimant de savoir qu’il va falloir mettre le chauffage à fond durant plus d’une heure avant d’arriver à 20 °C. Tandis qu’avec la tiny house, dont le volume avoisine les 40 m3, on a toujours la satisfaction de savoir que la chaleur ne se fera pas attendre.entrée poele à gaz tiny house

En plus de notre petit poêle à gaz, nous utilisons un petit radiateur à bain d’huile.

L’hiver, en plus de notre petit poêle à gaz qui nous permet de réchauffer rapidement la maison, nous utilisons un petit radiateur à bain d’huile que nous laissons allumé sur la puissance la plus faible de manière à éviter les variations de température, surtout lorsqu’elle chute durant la nuit. En effet, la tiny se refroidit plus vite qu’une maison standard : l’isolation a beau être de bonne qualité, l’inertie est faible car nous avons beaucoup de fenêtres et les murs ne font que 15 cm d’épaisseur. Cette faible inertie se ressent également l’été : la maison se réchauffe vite et il ne fait jamais plus frais à l’intérieur qu’à l’extérieur. Par grande chaleur, le plus confortable est encore de se mettre dehors à l’ombre pour profiter de la fraîcheur apportée par le vent.

Chauffe-eau

Un vrai bon point est notre chauffe-eau instantané au gaz. Il est largement suffisant pour la douche et l’évier, les deux seuls points d’eau de la maison. Nous évitons tout de même de faire la vaisselle lorsque l’autre prend sa douche. Mais le meilleur avec notre plomberie, c’est que l’eau chaude arrive très rapidement. Comme la douche et l’évier se trouvent juste à la sortie du chauffe-eau, nous avons de l’eau chaude au bout de quelques secondes seulement. Là aussi, c’est un gros avantage sur les maisons plus grandes.

vmc vapeur évacuation humiditéVMC

Notre constructeur nous avait conseillé d’installer une VMC double-flux dans la salle de bain, mais nous avons préféré la mettre au-dessus de la plaque de cuisson et c’est une décision dont nous sommes très contents. En effet, nous cuisinons plus souvent que nous prenons des douches, et cela génère de l’humidité et des odeurs de cuisson. Quant à la douche, il suffit de fermer la porte et d’ouvrir grand la fenêtre pour éliminer la majorité de l’humidité.

Nous avons préféré mettre la VMC au-dessus de la plaque de cuisson.

Néanmoins, l’humidité reste un sujet délicat dans un volume aussi petit. Cela ne pose aucun problème en été, lorsqu’il fait sec et que les fenêtres sont toujours ouvertes. En revanche, nous ouvrons peu les fenêtres l’hiver, car en cinq minutes, la température intérieure tombe aussi bas qu’à l’extérieur, et la VMC ne permet pas de réduire significativement l’humidité.

Déshumidificateur

L’hiver, nous constatons des moisissures au niveau des points froids de la maison, sur les fenêtres et au fond des placards, nous avons donc acheté un déshumidificateur électrique. Il prend un peu de place, mais nous le laissons dans la salle de bains avec la porte ouverte et cela n’est pas gênant. Il peut récupérer plusieurs litres d’eau par jour dans l’air intérieur, ce qui montre à quel point il est indispensable. Nous aurions souhaité connaître ce problème en avance car la moisissure part difficilement, mais nous manquions de retours d’expérience. Nous mettons maintenant le déshumidificateur en route dès que nous constatons de la condensation en bas des fenêtres, ce qui indique une humidité trop importante. L’humidité ne pose cependant pas souci pour tout le monde, et le fait que nous soyons à deux presque en permanence dans la maison y est sûrement pour quelque chose.

Toilettes

Nous utilisons des toilettes sèches avec des copeaux de bois type litière pour rongeurs ou chevaux et en sommes plutôt satisfaits. Notre seau fait 30 litres. Nous le sortons environ une fois par semaine, mais il est très lourd. Nous avons essayé de remplacer les copeaux de bois par de la sciure très fine récupérée dans une scierie, mais elle n’était pas du tout adaptée et créait des mauvaises odeurs. Notre bac à compost en palettes fait un mètre cube et après un an d’utilisation, il reste rempli aux deux tiers, ce qui laisse une marge pour ajouter la tonte de pelouse. Ce volume me semble donc adéquat pour deux personnes.

Aménagement

Au niveau de l’aménagement, nous ne nous sommes pas trop trompés lors de l’évaluation de nos besoins. Le double plan de travail nous permet de cuisiner à deux confortablement (nous avons 50 cm chacun), ce qui est très agréable et aurait été plus compliqué avec une cuisine en angle ou d’un seul côté.

échelle mezzanine

Mezzanine et échelle

L’angle de toit de 15° que nous avons choisi pour la mezzanine est moins esthétique à l’extérieur mais procure un espace très appréciable et cela valait largement le coup. Nous nous y sentons tellement bien que nous l’avons surnommée « la cabane ».

Nous avons longtemps cherché quelle échelle allait nous servir à y monter, mais face au poids et au prix d’une échelle en bois, nous avons opté pour une échelle toute simple en aluminium et en sommes très contents. En regardant des photos de tiny houses, nous avons constaté qu’à peu près tout le monde appuyait son échelle contre la mezzanine pour monter, mais il nous est très vite apparu qu’il est plus pratique de la laisser en appui contre le mur. Ainsi, on n’a pas à se retourner pour descendre : il suffit de s’asseoir au bord de la mezzanine et de poser ses pieds sur l’échelle. Nous craignions au départ que les barreaux étroits fassent mal aux pieds, mais ce n’est pas le cas.

Cuisine

En concevant nos meubles de cuisine, nous avions remarqué que la plupart des plans de travail font 60 cm de profondeur alors qu’on n’a pas besoin de plus de 40 cm de profondeur pour un meuble de rangement pour la nourriture. En effet, si une boîte de conserve se trouve à plus de 40 cm de profondeur, nous n’allons probablement jamais la consommer. Comme il nous fallait conserver la profondeur du plan de travail pour y installer la plaque de cuisson, nous avons décidé d’exploiter les 20 derniers centimètres en y glissant une desserte que nous avons réalisée sur-mesure, par laquelle nous accédons par le côté du meuble, de manière à y stocker les boissons.

Rangements

Concernant les rangements, nous avions bien étudié ce que nous souhaiterions emmener dans notre tiny house et n’avons pas été pris au dépourvu par un manque de place. Mylène me faisait d’ailleurs remarquer qu’il est plus intéressant de définir quelle place occupera chaque chose plutôt que d’essayer de maximiser à tout prix le volume de rangement. Lorsque nous avons déménagé, la benne du camion qui nous a servi à tracter la tiny était pleine et il nous paraissait impossible que nous parvenions à tout ranger, ce que nous avons finalement fait sans peine. Il aurait donc été facile de surestimer nos besoins en rangements si nous ne les avions pas définis précisément.

Il est plus intéressant de définir quelle place occupera chaque chose.

Une chose que je n’avais pas anticipée en revanche est le besoin que nous avons parfois de stocker des objets volumineux. Heureusement, nous pouvons utiliser pour cela l’espace qui se trouve sous notre table à manger, sur le passage de roues, bien que cet espace n’ait pas été prévu pour cela. Mais il vaut quand-même mieux passer en revue les objets volumineux pour être sûr de ne pas se retrouver pris au dépourvu. Exemple : le balai. Nous avons décidé de ranger le nôtre dans le placard de l’entrée, en découpant une ouverture au fond de l’étagère.

Coin bureau

Une chose que nous avions mise dans la tiny et qui s’est par contre avérée tout à fait inutile est un bureau. Comme je travaille à domicile, il me semblait indispensable de disposer d’un espace de travail dédié. Au final, je n’ai pas travaillé une seule fois sur ce bureau, car je préfère la table à manger. Nous l’avons donc retiré, et avons mis à la place un petit meuble range-documents qui convient tout à fait. Cela libère beaucoup d’espace. Sans cette contrainte du bureau, nous aurions pu disposer le séjour autrement et peut-être mieux qu’actuellement. Nous nous réservons la possibilité de changer la disposition de cette pièce à l’avenir.

Ménage

Un point qui nous semblait essentiel à aborder est le ménage. Beaucoup de tiny housers mettent en avant le fait que vivre en tiny house a considérablement réduit leurs tâches ménagères, mais nous trouvons que cet avantage est à nuancer.

Nous qui pensions être épargnés par le ménage, c’est raté.

Bien sûr, nettoyer de fond en comble une maison sera plus aisé s’il s’agit d’une tiny house, et la ranger également. Mais l’on ne crée pas moins de saleté dans une tiny house qu’ailleurs, et la quantité de poussière et de cheveux s’en trouve uniquement plus concentrée, ce qui fait que la tiny house se salit très vite. On doit en fin de compte faire le ménage beaucoup plus souvent dans une tiny que dans une grande maison. Nous qui pensions être épargnés par le ménage, c’est raté.

Terrasse

Nous avons la chance de disposer d’un espace couvert juste devant la petite maison inoccupée qui se trouve sur notre terrain. Cela permet de stocker des outils, les vélos et de faire sécher le linge. Le fait de disposer de cet espace a retardé la construction de la terrasse couverte que nous avions prévu d’installer devant notre maison, mais un espace couvert me semble indispensable, notamment pour pouvoir laisser à l’extérieur de la maison des chaussures ou des vêtements sales ou mouillés, ceux que l’on utilise au jardin par exemple, et moins salir la maison. Quand il pleut ou qu’il fait froid, il est également appréciable de bénéficier d’un espace faisant office de sas d’entrée.

Le mot de la fin

Nous ne changerions de logement pour rien au monde, comme l’expliquait Mylène dans le précédent article.

Nous ne changerions de logement pour rien au monde.

Je suis heureux de vivre dans une maison qui nous correspond vraiment, de ne plus subir mon habitat. Je crois que les moments où je me suis senti le plus en harmonie avec la tiny sont les jours de grand ciel bleu où je me suis assoupi dans le canapé, avec le chant des oiseaux, et une vue sur toute la maison.

Les constats faits par Thibaut après un an et demi de vie en tiny house vous surprennent-ils ? Dites-le nous en commentaire !

Un grand merci à Thibaut et à Mylène pour leur travail, leur disponibilité et leur générosité.

Mode de vie
5 leçons pour nomade en herbe
Autoconstruction
Humidité et fournaise en tiny house : comment les éviter
Mode de vie
Témoignage : une famille de quatre teste la vie en tiny house
  • Anne Marie Duvergé

    Je suis super ravie de lire votre témoignage. Et je vous envie aussi un peu. Franchement Merci merci merci !! Je vous souhaite une merveilleuse continuation dans votre projet commun 😆. Et je ne désespère pas de réaliser un jour ma propre Tiny…. 😀 Je commence à faire du désencombrement 👍❤🌼


  • Adeline

    Merci pour ce retour d’expérience que je trouve assez complet! Ce genre d’article permet à des volontaires (comme moi) d’avancer un peu plus vers le projet de vie en tiny, et de ne pas se laisser décourager par les a priori de l’entourage.

    Bonne continuation à vous deux!


  • Julien

    JulienJulien

    Auteur Répondre

    Je crois que le chauffage au gaz est en parti responsable de l’humidité. Je vous invite à creuser dans ce sens. Peut-être un chauffage simplement électrique serait plus adapté?
    Belle vie à vous


  • Sébastien

    très bon article, qui nuance un peu le discours ambiant un peu naïf 🙂


  • Cindy Chatelais

    Super Article ! Merci Beaucoup. C’est très enrichissant d’apprendre de votre expérience.


  • gerard

    gerardgerard

    Auteur Répondre

    mettre sa vie en adéquation avec ses idées, bel exemple.


  • vincent

    Superbe article, c’est une véritable mine d’informations que l’on ne trouve pas sur le net. Tout est expliqué simplement, avantages-inconvenients, merci beaucoup.


  • Agnès Huntzinger

    Bonjour, et avant tout merci bcp pour ce témoignage réaliste 😊. En parlant de réalisme j’ai 2 questions qui a mon sens reste en suspend :
    – votre adresse ? Je ne veux pas la connaître bien sûr …. mais c’est ds le sens où vous dites vivre sur un terrain qui n’est pas le votre, et à l’année si je comprend bien. C’est super mais en pratique comment faites vous (d’un point de vue légal) …
    – et du coup, viens la question pratique de votre courrier. Avez-vous une boîte aux lettres ? Cela sous entend Dc que vous êtes fixe et en vie sédentaire. … par rapport aux impôts, …. ou avez-vous un autre moyen de recevoir votre courrier ?

    Je sais que mes 2 questions ne sont pas très funs mais ce sont de vraies questions que je me pose depuis un moment et je vous remercie d’avance de votre retour.

    Milles merci de contribuer à faire évoluer les projets de tous les (futurs) tinyhouseurs 🖒


    • Thibaut

      Il y a une petite maison inhabitée (et même inhabitable) sur le terrain que l’on nous prête. C’est notre adresse officielle, fiscale et postale (la boîte aux lettres est à l’entrée du terrain). Nous sommes raccordés à l’eau sur cette maison et avons un contrat à notre nom. D’un point de vue administratif c’est donc comme si nous habitions dans cette petite maison.


      • manon

        manonmanon

        Auteur Répondre

        C’est donc un terrain que vous avez acheté ou du quoi que vous « louez » au yeux de la loi? payer vous taxe habitation…?


        • Mylène et Thibaut

          Bonjour Manon,
          Ce terrain nous est prêté, comme indiqué dans l’article. Nous payons la taxe d’habitation sur la petite maison qui se trouve sur notre terrain, qui est notre résidence « officielle ».


  • Jérémy 47

    Salut à tous les 2 et merci pour l’article!
    Je dois prochainement recevoir ma tiny vide et elle a les mêmes dimensions que la vôtre.
    Je suis intéressé par votre aménagement car il correspond à ce que j’envsageais.
    Pourriez-vous me donner les côtes ou plans de votre aménagement?
    D’autre part, je suis intéressé de connaître les marques et modèles du chauffe-eau et du chauffage.
    Vous n’avez pas parlé de la douche (bac ou baignoire?) Pourriez-vous en dire plus?
    Merci! Jérémy jemzen5@hotmail.com


    • Mylène et Thibaut

      Bonjour Jérémy,
      Nous avions fait tous nos plans à la main sur papier, et nous avons tout jeté depuis.
      Le chauffe-eau est un Elm Leblanc, et le poêle un Dickinson Newport P9000
      Nous avons une mini-baignoire (70*80cm) en alu fabriquée sur-mesure par un serrurier.
      Mylène


  • manon

    manonmanon

    Auteur Répondre

    Merci pour ce retour d’expérience très interessant qui donne de bonne base de reflexion surtout pour humidité.
    Merci Manon


  • Laurence

    Merci beaucoup pour cet article, qui est très intéressant. Je me demande où vous rangez vos vêtements ? Je n’en ai pas vu sur les photos, ou très peu. Et aussi pouvez vous me dire s’il y a de l’humidité sous le matelas où vous dormez ? car il me semble qu’il n’y a pas de sommier, ou je me trompe ?


  • Estelle

    Bonjour,
    Je souhaiterais sincèrement échanger avec vous et si possible visiter votre tiny pour être dans le volume, pour ajuster mes plans. Je pense sérieusement me lancer dans ce projet. Je suis en Haute Savoie (proximité géographique qui permet une visite).
    Merci


    • Mylène et Thibaut

      Bonjour Estelle,
      Nous avons beaucoup de demandes, nous allons donc organiser un après-midi « portes-ouvertes » un dimanche d’avril ou mai pour rassembler les visites. Je posterai un commentaire sur cette page ainsi que sur le groupe facebook Collectif Tiny House lorsque l’on aura décidé de la date.
      A bientôt,
      Mylène


  • Eve et Damien

    Bonjour à vous,
    Et merci pour ce témoignage !
    Nous sommes aussi en train de construire (en auto-construction) notre Tiny.
    Nous cherchons des fenêtres (et porte) en bois en ouvrant extérieur mais pour le moment aucun artisan par chez nous dans le sud ne le fait ! Auriez-vous un bon tuyau ?
    Très belle continuation et peut-être à bientôt lors d’un rassemblement de tinyhousers…


  • Mylène et Thibaut

    Venez visiter notre tiny house Dimanche 9 avril!
    https://www.facebook.com/events/1900194740226725/


  • Raphael

    Bonjour Mylène et Thibaut,
    Merci beaucoup pour ce précieux témoignage.
    Nous sommes en Belgique et débuterons la construction de notre tiny house au mois de mai. Le matos est pour la plupart déjà commandé 🙂
    Une petite question concernant l’humidité : j’ai cette crainte particulière car nous allons y habiter à trois (avec notre p’tit bout de 2 ans).
    Dans votre billet vous mentionnez la VMC et le chauffage mais pas le type de mur que vous avez choisi. Or cela pourrait beaucoup jouer question humidité. Pourriez-vous nous dire de quels matériaux la « peau » de votre tiny house est constituée ?
    Un très grand merci d’avance


  • Laurent

    Bonjour à vous deux. Tres bel article. Je me pose plusieurs questions. Comment évacuez vous les eaux usées? Et pour l’électricité, avez vous tirez une gaine avec la maison du terrain pour alimenter la tiny? Et par quel constructeur êtes vous passes et quel montant? Merci de toutes vos réponses. Je trouve le concept génial et j’aimerai faire pareil sur mon terrain pour ma fille. Bonne continuation à vous deux.


  • jean jacques

    bonjour à tout les deux. votre témoignage et très bien, après un an passer dedans vous savais de quoi vous parler et c super , avec mon épouse on va construire une tiny ,pour le moment nous somme locataire et on vois bien que sa va être de plus en plus dure pour la suite, d’autre part on veux changer radicalement de mode de vie, g une petite question vous avez parler de l’ humidifier intérieur je conte maitre un par pluie extérieur et un par vapeur intérieur panser vous qu’il me faudra quand même un déshumidificateur pour l’hiver, en tout qua un grand merci


  • Mathieu

    Bonjour à tout les deux et merci pour votre témoignage qui permet de mieux ce projeter dans le quotidien en Tiny. Je travail actuellement sur un projet de documentation open source pour les auto constructeurs dans une association Grenobloise. Au stade où en est mon projet il serait intéressant de visiter les Tiny House des environs.
    J’ai malheureusement raté les portes ouvertes, projetez vous d’en réaliser de nouveau ?

    Merci encore pour cet article très enrichissant. Au plaisir de vous rencontrer 🙂


  • David

    DavidDavid

    Auteur Répondre

    Bonjour.
    Très sympa d’avoir de tel témoignage mais une question reste sans réponse il le semble , c’est le traitement des eaux grises (douche et cuisine ). Comment faites vous en général svp ?